Type to search

Actualités Autres

Bourse : les vaccins anti-Covid devraient dynamiser les valeurs hôtelières

Share

Pour la rentrée 2021, le SEMDEX a clôturé en légère baisse (-0,2 %) lundi avant de remonter légèrement le lendemain. Le démarrage est certes lent, mais les espoirs sont grands après une année 2020 terrible qui a vu une contraction de 34 % de la capitalisation boursière de la mi-mars à la mi-novembre. Or, depuis les annonces successives de Pfizer, de Moderna et d’AstraZeneca sur le haut niveau d’efficacité de leurs vaccins contre la Covid-19, la Bourse de Maurice est sur une bonne dynamique. Ainsi, sur les six dernières semaines de l’année, elle a enregistré une progression de plus de 9 %. À l’international, l’accord de dernière minute entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sur le Brexit et le déblocage d’une aide supplémentaire de $ 900 milliards aux agents économiques par le gouvernement américain ont per- mis de dynamiser les marchés financiers à l’aube du Nouvel An.

 

Qu’en est-il pour 2021 ? De l’avis d’Imrith Ramtohul, Senior Investment Consultant chez AON Hewitt, il est dur de prévoir si cette tendance se maintiendra tout au long du mois de janvier. Pour cause, il avance que l’incertitude engendrée par la pandémie est toujours palpable. «D’ordinaire sur la Bourse de Port-Louis, il est coutume d’observer un phénomène intitulé l’effet janvier. Somme toute, ces cinq dernières années, l’on a constaté une hausse des activités de la part des investisseurs sur le SEMDEX. Cela s’est antérieurement traduit par une hausse de 1,76 % en janvier 2016, une augmentation de 4,01% en janvier 2017 ou encore un bond de 1,99 % en 2020. La seule exception que nous avons eue, c’était en 2019 quand le SEMDEX a connu une légère baisse de 0,25 %», commente-t-il.

 

Selon Imrith Ramtohul, au vu des signaux toujours troubles, il convient d’adopter une posture prudente quant à l’évolution de la situation. «Tout le monde se demande si cette situation persistera en janvier 2021. À mon avis, le retour en janvier 2021 pourrait être influencé par les annonces sur la disponibilité du vaccin au niveau local, de la situation par rapport à la liste noire de l’Union européenne, ainsi que la déclaration des dividendes des grandes sociétés cotées. Tous ces faits font qu’il est difficile de prévoir la suite des événements», analyse-t-il.

 

AUCUNE VALEUR HÔTELIÈRE DANS LE SEM-10

Jetant un regard éclairé sur la situation des compagnies hôtelières, le Senior Investment Consultant avance que le début de la campagne de vaccination à Maurice sera une bouffée d’oxygène pour les entreprises, notamment les hôtels, car il permettra une réouverture plus rapide des frontières. «Beaucoup dépendra de l’efficacité des vaccins et du moment où nos frontières seront complètement ouvertes comme par le passé. Cela dit, il n’est pas certain que les touristes reprendront leurs anciennes habitudes de voyages et de dépenses. Lors de son récent discours du Nouvel An, le Premier ministre a d’ailleurs annoncé que le gouvernement s’efforcera de faire vacciner au moins 60 % de la population avant d’envisager l’ouverture complète des frontières. Plus vite, cela arrivera – en supposant que les vaccins soient efficaces – plus vite les opérations hôtelières cotées en Bourse s’amélioreront et verront le cours de leurs actions augmenter», fait-il ressortir. Avant d’attirer tout de même l’attention sur le fait que les actions hôtelières ont tellement chuté au cours de 2020 qu’elles ne sont plus représentées dans le SEM-10. Et cela, alors que certains groupes hôteliers ont obtenu un soutien financier de la Mauritius Investment Corporation.

Tags:

You Might also Like