Type to search

Actualités Autres

Cryptoverse Summit : Capter le potentiel des actifs numériques

Share
fintech

À Maurice, le secteur des actifs numériques est en pleine croissance. Cette branche de la fintech a été le sujet de débats passionnés lors du 3ème «Cryptoverse Summit» organisé par Wakanda 4.0. L’événement a réuni des passionnés de cryptomonnaies et des fournisseurs de services d’actifs virtuels de 16 pays.

 

 

La troisième édition du Cryptoverse Summit s’est tenue à l’hôtel Intercontinental, à Balaclava. Ce rendez-vous devenu incontournable propose une immersion dans le marché en pleine croissance des actifs numériques. Les cryptomonnaies comme le Bitcoin, les NFT (jetons non fongibles) et la blockchain font partie de ces évolutions qui ont transformé le monde de la fintech. Maurice n’a pas tardé à suivre cette tendance en proposant un cadre pour réguler les activités liées aux actifs numériques dans le but de se positionner comme une juridiction de choix pour les entreprises de la fintech de demain.

 

Les possibilités illimitées de la technologie blockchain et des cryptomonnaies, la tokenisation des actifs, les normes comptables pour les actifs virtuels, l’impact du Bitcoin ETF sur le marché des cryptomonnaies, la conformité des cryptomonnaies pour les banques et les institutions financières, les cadres juridiques et réglementaires pour les VASP (Virtual asset service provider licenses) et les fonds cryptographiques ont été autant de thématiques abordées lors de cette conférence, avec une série de débats d’experts.

 

     «Avec une approche innovante de la fintech et un engagement à encourager l’esprit d’entre- prise, Maurice est devenu un pôle d’attraction pour les investisseurs et les visionnaires qui cherchent à exploiter tout le potentiel des actifs virtuels», soutient Benito Elisa, fondateur et CEO de Wakanda 4.0. Étant donné que le pays ambitionne de devenir un centre technologique de poids, Benito Elisa est d’avis que ce gage de transparence et d’intégrité du centre financier international donnera lieu à de multiples opportunités dans ce secteur.

 

Comme c’est un marché en pleine évolution, le besoin d’éduquer et de sensibiliser est primordial. Le ministre des Services financiers, Sunil Bholah, a assuré que son ministère et le régulateur, soit la Financial Services Commission (FSC), sont en train de tout mettre en œuvre afin de favoriser un environnement propice à l’innovation responsable dans le cryptovers. Un environne- ment qui concilie l’innovation avec la gestion des risques et la surveillance réglementaire.

 

«En clarifiant les cadres juridiques et en encourageant la collaboration internationale, nous souhaitons faire de Maurice une destination de choix pour les fournisseurs de services d’actifs virtuels en quête de croissance et d’opportunités. En outre, nous reconnaissons l’importance de l’éducation et de la sensibilisation pour permettre aux individus de prendre des décisions éclairées dans le cryptovers. Nous investirons dans des initiatives visant à améliorer les connaissances financières, à promouvoir la protection des consommateurs et à sensibiliser aux opportunités et aux risques associés aux cryptomonnaies, à la finance décentralisée et à la technologie blockchain», devait-il indiquer.

 

 

ACTIFS NUMERIQUES :

UN CADRE LÉGISLATIF PROPICE À LA TOKENISATION DES ACTIFS

 

 

Au passage, il a annoncé que son ministère va organiser un atelier consultatif sur la fintech le mois prochain. Celui-ci réunira toutes les parties prenantes afin de recueillir des informations pour l’élaboration d’une stratégie nationale en matière de fintech. En outre, les travaux vont bon train dans le cadre du projet Fintech City, visant à créer un environnement favorable aux start-up à Maurice et dans toute l’Afrique.

 

Il faut, par ailleurs, savoir que Maurice est l’un des premiers pays du continent africain à avoir mis en place un cadre législatif robuste pour les fournisseurs d’actifs virtuels. À ce sujet, Prakash Seewoosunkur, Officer-in-Charge de la FSC, rappelle que «l’introduction de la loi sur les actifs virtuels et les offres initiales de jetons (VAITOS) à Maurice est un témoignage clair de la position proactive que Maurice a adoptée pour réglementer les activités commerciales dans l’environnement en évolution de la fintech. La loi VAITOS fournit, en effet, une architecture législative complète pour l’octroi de licences aux fournisseurs de services d’actifs virtuels et l’émission de jetons virtuels ou cryptographiquement sécurisés». La loi VAITOS permet aux promoteurs de demander une panoplie de licences VASP afin de pouvoir s’engager dans diverses activités liées aux ac- tifs numériques. Prakash Seewoosunkur précise que la FSC a reçu à ce jour 24 demandes de licences, dont 8 ont été dûment agréées et 3 ont reçu une approbation de principe.

 

 

D’autres articles sur les actifs numériques ? cliquez ici !

Tags:

You Might also Like