Type to search

2024-2025 Budget

Pré-budget : Focus sur le secteur de l’entrepreneuriat

Share
Entreprendre

Pré-budget secteur de l’entrepreneuriat. Les Petites et Moyennes Entreprises font face à une série de contraintes, notamment un manque de trésorerie et des dettes parfois conséquentes, ce qui impacte leur compétitivité.

 

 

Pré-budget secteur de l’entrepreneuriat. Les petites et moyennes entreprises (PME) ont le sentiment d’être parfois les oubliées des exercices budgétaires. Pourtant, elles doivent composer avec des problématiques majeures, comme une insuffisance de trésorerie. La tension sur la liquidité est exacerbée par les dettes accumulées. Cela concerne surtout les entreprises touchées par la pandémie. Le fardeau des prêts antérieurs exerce une pression considérable sur la capacité des entreprises à accéder à un financement supplémentaire. Pour les entreprises ayant déjà souscrit à des emprunts, une nouvelle demande de crédit peut avoir un impact substantiel. Les contraintes liées à l’emploi de main-d’œuvre étrangère ajoutent une complexité supplémentaire, avec des réglementations jugées trop rigides et des quotas limitant le recrutement dans le secteur des PME à Maurice.

 

La question cruciale du salaire minimum exerce une autre pression supplémentaire, surtout pour les entreprises non exportatrices, qui luttent pour maintenir leur compétitivité sur le marché local, observe Maya Sewnauth, la vice-présidente de SME Chambers. D’où son appel en faveur d’une intervention plus proactive de l’État, notamment à travers des appels d’offres favorisant les entreprises locales et des incitations à l’exportation. Si les entreprises locales peuvent fournir les produits ou services requis, cela pourrait constituer une solution viable sur le marché. La nécessité d’intégrer da- vantage la technologie dans les opérations commerciales est également soulignée, avec un avertissement clair sur les conséquences de l’inaction. «Sans une intégration technologique adéquate, notre survie est compromise», prévient Maya Sewnauth, qui appelle à des mesures concrètes pour renforcer les capacités et sensibiliser les acteurs.

 

Selon Maya Sewnauth, pour éviter l’obsolescence, une transformation numérique radicale est nécessaire. Les entreprises doivent être guidées, sensibilisées et soutenues par des initiatives gouvernementales visant à faciliter leur transition vers les nouvelles technologies. Des incitations financières et des mesures incitatives sont nécessaires pour encourager les entrepreneurs à adopter ces changements. «Il est impératif de préparer les entre- preneurs à conquérir les marchés inter- nationaux. Cela nécessite un travail en profondeur, notamment dans l’exploration des marchés en Afrique. Les entre- preneurs doivent être encadrés et formés pour saisir ces opportunités. Des accords et des partenariats appropriés doivent être établis pour favoriser une coopération fructueuse avec les pays africains», ajoute Maya Sewnath.

 

Pré-budget sur le secteur de l’entrepreneuriat : La question des salaires

 

L’initiative Made in Moris offre un potentiel prometteur, mais elle est loin d’être pleinement exploitée. Pour Maya Sewnauth, une intervention gouvernementale plus proactive est nécessaire pour catalyser son développement. Une institution gouvernementale dédiée pourrait assumer la responsabilité de stimuler et de promouvoir les produits locaux, offrant ainsi un soutien vital aux entreprises désireuses de s’engager dans cette voie.

 

Maya Sewnauth souligne également l’importance cruciale du soutien gouvernemental stratégique envers les entrepreneurs pour stimuler leur progression. Dans un contexte où la productivité doit être étroitement liée aux salaires, surtout face à une population d’expatriés conséquente, elle met en avant le lien entre la production et l’efficience, soulignant que celle-ci engendre des économies d’échelle, renforçant ainsi la compétitivité du pays. Elle pointe du doigt la sous-estimation des PME à Maurice, alors que dans des pays comme l’Inde, la Chine et les États-Unis, elles sont des piliers économiques. Au passage, elle salue les premières actions de la nouvelle ministre des PME, Naveena Ramyad, en soulignant la nécessité de prendre en compte les préoccupations et de travailler en conséquence pour améliorer le paysage des entreprises locales et favoriser une croissance économique durable.

 

Par ailleurs, elle aborde la question des coûts croissants de l’électricité et évoque la solution prometteuse des panneaux solaires pour encourager la production d’électricité nationale. Pour encourager l’entrepreneuriat, Maya Sewnauth préconise l’investissement dans les universités pour promouvoir l’innovation et la créativité chez les jeunes. De plus, elle insiste sur la nécessité de soutenir financièrement les jeunes entreprises innovantes par le biais de subventions ou de prêts à taux avantageux, pour favoriser l’émergence de solutions nouvelles et efficaces.

 

En outre, Maya Sewnauth souligne l’importance de développer de nouveaux secteurs économiques et d’établir des institutions de soutien. Et encourage un examen attentif des importations massives pour identifier les opportunités que les entrepreneurs locaux pourraient exploiter.

 

 

N’hésitez pas à nous suivre sur nos pages Facebook et LinkedIn,

Pré-budget. Retrouvez toutes les analyses sur les attentes des opérateurs en cliquant ici !

Tags:

You Might also Like