Business Magazine

Banque centrale – La position extérieure globale à Rs 2,09 billions

Banque de Maurice

Banque centrale. Depuis la première publication des statistiques sur la position extérieure globale en 2007, Maurice est toujours resté un pays créancier net.

 

 

Les statistiques trimestrielles de la Banque centrale montrent que la position extérieure globale (International investment position) est passée de Rs 1 600 milliards à fin mars 2022 à Rs 2 095 milliards à fin décembre 2023.

La position extérieure globale, qui mesure les avoirs et les engagements financiers extérieurs d’un pays à un moment donné, est une statistique essentielle pour un centre financier international qui se doit de produire ce type de rapport plus souvent afin que les décideurs politiques, ainsi que les autres parties prenantes, soient mieux informés de l’évolution de la va- leur des actifs et des passifs à l’étranger.

 

Banque centrale: Analyse des chiffres

 

Cette statistique vient également renforcer la transparence de la juridiction mauricienne, plaçant le pays sur un pied d’égalité avec les principales économies avancées et contribuant à faciliter l’accès du pays aux marchés internationaux des capitaux. Ces données peuvent également servir à l’élaboration des politiques, aux exercices de simulation de crise, ainsi qu’au suivi et à la planification du développement du secteur financier.

Le rapport qui sera dorénavant publié sur une base trimestrielle montre que le global business et le secteur bancaire se distinguent par leurs importants actifs et passifs extérieurs. Parmi les autres secteurs d’importance figurent le sous-secteur des assurances, le sous-secteur des fonds de pension, le sous-secteur des organismes publics et parapublics, la Banque centrale et les sociétés non financières.

Depuis sa première estimation en 2009, le secteur des GBC (sociétés de global business) a toujours affiché une position extérieure globale nette positive. Celle-ci a progressé de Rs 1 010 milliards à fin mars 2022 à Rs 1 609 milliards à fin décembre 2023. Les positions extérieures de l’actif et du passif des GBC dominent la position extérieure globale du pays. Ce qui représente 77 % de position extérieure globale nette du pays en 2023. Tandis que le secteur non GBC détenait une position extérieure globale nette de Rs 486 milliards. Les positions extérieures de l’actif et du passif des GBC sont principalement liées à des actifs et des passifs d’investissement direct, respectivement.

La position extérieure globale nette des banques et des institutions de dépôt non bancaires est passée de Rs 455 milliards en mars 2022 à Rs 497 milliards en décembre 2023. Ces institutions détiennent principalement des portefeuilles et d’autres actifs externes d’investissement. Cependant, en raison de la présence de plusieurs banques internationales dans la juridiction mauricienne, les banques affichent des passifs d’investissement direct significatifs par rapport à d’autres secteurs. Les institutions autres que les banques de dépôt ne possèdent pas d’actifs extérieurs, tandis que leurs engagements extérieurs restent relativement minimes. Ainsi, les banques représentent la totalité des actifs externes et la majeure partie de passifs des institutions de dépôt.

Outre les GBC, les banques et les institutions de dépôt non bancaires, les autres unités institutionnelles opérant dans le secteur financier sont les compagnies d’assurances, les fonds de pension, les plans de placement collectif, les fonds à capital fixe et les autres auxiliaires financiers. La plupart des transactions de ces entités concernent des portefeuilles et d’autres actifs et passifs d’investissement. Selon les statistiques trimestrielles, leurs actifs et passifs d’investissement direct sont nettement inférieurs et, dans certains cas, inexistants.

En effet, ce segment du secteur financier a toujours eu une position extérieure globale nette positive, bien qu’une diminution de Rs 37,3 milliards en mars 2022 à Rs 24,4 milliards en décembre 2023 ait été observée. Le sous-secteur de l’assurance, qui comprend à la fois l’assurance à long terme et l’assurance générale, et le sous-secteur des pensions qui, tous deux, détiennent principalement des actifs d’investissement de portefeuille financés dans une large mesure par l’épargne des résidents, ont enregistré des positions extérieures globales nettes de Rs 16,3 milliards et Rs 18,6 milliards, respectivement, à la fin du mois de décembre 2023.

La position extérieure globale nette du secteur non-financial corporate private (NFCP) a été négative tout au long de la période allant au premier trimestre de 2022 au quatrième trimestre de 2023, reflétant principalement le stock de passifs d’investissement direct net significativement plus élevé accumulé au fil des ans par rapport à leurs actifs d’investissement direct net cumulés. Les entités du secteur NFCP qui opèrent dans le commerce international ont des actifs et des passifs de crédit commercial car les exportateurs résidents ac- cordent généralement jusqu’à trois mois de crédit à leurs clients tandis que les importateurs résidents reçoivent des facilités de crédit similaires de la part de leurs fournisseurs non résidents.

 

Banque centrale : Les droits de tirage spéciaux calculés à Rs 13,9 milliards

 

À fin décembre 2023, le secteur du NFCP détenait des actifs externes de Rs 46,4 milliards, tandis que ses passifs externes s’élevaient à Rs 259 milliards. Les entités du NFCP ont contracté des emprunts extérieurs estimés à Rs 20,4 milliards à la fin du mois de décembre 2023, principale- ment auprès de parties affiliées, tandis que leurs prêts étrangers à long terme auprès d’entités non affiliées étaient nettement inférieurs, s’élevant à Rs 1,1 milliard à la fin du mois de décembre 2023. D’un autre côté, les actifs extérieurs du secteur public, y compris le National Pension Fund (NPF), ont diminué, passant de Rs 28,4 milliards à fin mars 2022 à Rs 27,9 milliards à fin décembre 2023. Le secteur public détient des participations dans des organisations multilatérales qui, au total, s’élevaient à quelque Rs 5,6 milliards à la fin de mars 2022 et à Rs 6,7 milliards à la fin de décembre 2023. Les engagements extérieurs du secteur public sont principalement constitués de prêts extérieurs à long terme qui sont passés de Rs 61,5 milliards à la fin de mars 2022 à Rs 69,5 milliards à la fin de décembre 2023.

Les non-résidents détiennent également des obligations et des titres de créance émis par le gouvernement central. Ceux-ci sont généralement beau- coup moins élevés et s’élevaient à Rs 416 millions à la fin du mois de décembre 2023. Les autres dettes de l’État se rapportent à l’allocation des droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international, qui s’élevaient à Rs 13,9 milliards en décembre 2023. Les collectivités locales n’ont pas d’actifs ou de passifs extérieurs, tandis que les entités parapubliques ont principalement des passifs extérieurs qui sont pour la plupart garantis par le gouvernement. Leurs engagements extérieurs sont passés de Rs 26,9 milliards à la fin de mars 2022 à Rs 29,5 milliards à la fin de décembre 2023.

LES RÉSERVES BRUTES DU PAYS DIMINUENT À RS 321,4 MILLIARDS

 

La Banque de Maurice, en tant que banque centrale du pays, détient la majeure partie des réserves internationales officielles brutes du pays (GOIR). Les GOIR, enregistrées sous «Réserves» à l’actif de la position extérieure globale, a diminué de Rs 361,7 milliards à fin mars 2022 à Rs 321,4 milliards à fin décembre 2023. La Banque centrale détient également des participations dans des organisations multilatérales qui, au total, s’élevaient à Rs 1,7 milliard à la fin du mois de mars 2022 et à Rs 1,9 milliard à la fin du mois de décembre 2023. Les engagements extérieurs de la Banque centrale sont passés de Rs 40,9 milliards en mars 2022 à Rs 65,3 milliards en décembre 2023.

Plus d’articles sur la Banque de Maurice en cliquant ici!

Exit mobile version