Type to search

Business files

Automobile : le marché s’engage dans la transition écologique

Share

Le parc automobile de Maurice a connu une grande transformation au cours de la dernière décennie, marquée par une augmentation significative du nombre de véhicules circulant sur les routes. Avec 28 265 nouvelles immatriculations de fin 2021 à fin 2023, nous assistons à une croissance continue et dynamique dans l’ensemble du secteur.

LES parcs automobiles jouent un rôle central dans l’industrie du transport et de la logistique. Ils sont essentiels tant pour les grandes entreprises que pour les petites structures. Qu’il s’agisse de la livraison de marchandises aux clients, du transport de matériaux ou de la mobilité des employés, une flotte de véhicules est cruciale pour le bon déroulement des activités quotidiennes. Les derniers chiffres de Statistics Mauritius font ressortir d’ailleurs une augmentation notable de la flotte de véhicules sur nos routes, reflétant une croissance dans le secteur.

À la fin de décembre 2023, 676 441 véhicules étaient immatriculés auprès de la National Land Transport Authority. Cela représente une augmentation nette de 28 265 véhicules, soit plus de 4,4 % par rapport à la fin de l’année 2021, quand on comptabilisait 648 176 véhicules immatriculés.

Statistics Mauritius souligne également qu’en deux ans (2022 et 2023), le parc a été renforcé par l’immatriculation de 33 939 véhicules, dont 20 856 étaient neufs, 9 006 étaient des véhicules d’occasion importés tandis 4 077 étaient des véhicules ré-immatriculés, c’est-à-dire ceux qui avaient été précédemment mis hors circulation. Pendant la même période, environ 5 674 véhicules ont été mis hors circulation. L’addition nette au parc existant s’est donc élevée à 28 265 véhicules au total.

David Ramsay, le Chief Manager d’ABC Automobile, dit constater une hausse de la demande pour externaliser la gestion de la flotte de véhicules, notamment chez les clients corporate. Cette tendance, dit-il, est particulièrement prononcée pour les véhicules utilitaires, tels que les pick-up, les camionnettes et les light-duty trucks.

D’ailleurs, il commente l’avantage indéniable de disposer de plusieurs véhicules dans une flotte afin d’accomplir simultanément diverses tâches. «Plus important que la disponibilité et le nombre, c’est surtout l’optimisation de l’utilisation des véhicules couplée à une bonne composition de la flotte. Cela devient crucial dans la mesure où les augmentations liées aux coûts d’exploitation des flottes, dont le coût du carburant et des réparations et de l’entretien, ont connu des hausses substantielles ces dernières années», explique-t-il.

Mais comment s’y faire pour optimiser sa flotte ? Maîtriser la gestion de flotte et contribuer à son accroissement est une nécessité pour une gestion efficace. Il faut savoir comment réduire les coûts et à quelle technologie se fier. À cet effet, le Chief Manager indique qu’aujourd’hui, plusieurs systèmes et technologies sont disponibles pour aider les entreprises dans la gestion de leur flotte. Par exemple, les systèmes GPS facilitent le routage et l’utilisation opérationnelle. Puis il y a également des systèmes de gestion de flotte spécialisés pour mieux assister les entreprises dans la gestion des coûts.

Steven Moothoocurpen, le directeur de Jahara, une société de location de voitures, avance que pour bien gérer une flotte, il est impérieux de bien planifier et de régulièrement maintenir son parc de véhicules. Pour lui, le secteur de l’automobile est en plein essor. Plusieurs opportunités y surgissent tant pour la location à long comme à court terme. «Nous recevons une demande constante de la part des touristes, ainsi que des particuliers. Ces derniers préfèrent souvent louer une voiture pour des périodes prolongées, allant jusqu’à 3 ou 4 mois. Par ailleurs, l’arrivée régulière de touristes tout au long de l’année constitue une part importante de notre activité», explique-t-il. Cela dit, il poursuit pour faire croître son activité dans le secteur, il s’agit surtout de se diversifier, avoir plusieurs options à proposer. «Aujourd’hui, la demande est principalement axée sur les voitures automatiques, en bon état et surtout économes en carburant. Cependant, nous avons également des clients pour qui la marque de la voiture revêt une grande importance. Pour eux, ni le prix ni l’économie de carburant ne priment. Ce qui compte davantage, c’est la valeur intrinsèque de la marque», souligne le directeur.

PLUS RESPECTUEUX DE L’ENVIRONNEMENT

Parlant de la demande, il est crucial de prendre en considération le fait que le secteur s’engage de plus en plus dans une transition vers les véhicules électriques et des pratiques plus respectueuses de l’environnement. De nombreuses marques de véhicules, les importateurs, les stations-service et autres acteurs du domaine s’orientent désormais vers des produits écologiques et des pratiques plus vertes. David Ramsay le souligne : «Nous observons que de nombreuses entreprises adoptent une politique de flotte composée de véhicules eco-friendly, non seulement pour respecter l’environnement, mais aussi pour économiser du carburant. Cependant, l’offre pour ce type de véhicules, en particulier pour les véhicules utilitaires, reste limitée, ce qui freine quelque part cette transition écologique».

Steven Moothoocurpen partage le même point de vue. «L’aspect économique, surtout en termes de réduction des dé penses liées au carburant, nous attire davantage vers les véhicules écologiques. Cependant, dans la pratique, s’engager dans cette voie, notamment en privilégiant l’utilisation de véhicules électriques, peut se révéler assez complexe. Cela implique non seulement des installations spécifiques et une maintenance adéquate, mais également le fait qu’il n’y ait pas réellement de demande de la part des clients pour de tels véhicules», dit-il. Quoi qu’il en soit, il est certain, constate-t-il, que cette tendance écologique est là pour rester, d’autant plus que les fabricants prennent conscience qu’un jour, l’approvisionnement en carburant deviendra non seulement difficile, mais aussi plus coûteux, jusqu’à ce qu’il soit complètement épuisé.

LES VÉHICULES D’OCCASION IMPORTÉS REPRÉSENTENT 40 % DU MARCHÉ AUTOMOBILE

Un autre aspect à prendre en compte dans le secteur automobile concerne les véhicules d’occasion importés. Selon l’opinion générale, ces derniers occupent une place significative sur le marché en raison de leur accessibilité financière, de leur variété de choix et de leur fiabilité. Proposés à des prix plus accessibles que les véhicules neufs, ils permettent à une plus large clientèle d’acquérir un véhicule adapté à ses besoins. De plus, le marché des véhicules d’occasion importés est composé d’une offre diversifiée s’agissant des modèles, des marques et des types de véhicules proposés, facilitant la tâche des acheteurs pour trouver l’auto qui correspondent le mieux à leurs préférences. Ces véhicules sont également réputés pour leur grande fiabilité, grâce à des contrôles de qualité stricts et aux garanties souvent proposées par les vendeurs.

Pour David Ramsay, le segment des véhicules d’occasion importés s’est d’ailleurs montré résilient et représente aujourd’hui plus de 40 % du marché automobile à Maurice. De plus, il contribue de manière significative à l’offre de véhicules hybrides et à carburant alternatif, ce qui explique sa popularité auprès des Mauriciens, notamment en raison de la revente et du coût d’entretien relativement bas.

Cependant, en ce qui concerne la location de véhicules, Steven Moothoocurpen reste sceptique. Pour lui, il est impossible de se fier à 100 % à un véhicule de seconde main car son historique est souvent inconnu. Il souligne que la confiance dans la fiabilité et la sécurité des véhicules de location est essentielle, et que l’incertitude concernant l’historique des véhicules d’occasion importés peut représenter un risque pour les clients. Par conséquent, il préfère ne pas compromettre la sécurité de ces derniers en proposant des véhicules dont l’historique n’est pas entièrement transparent.

Tags:

You Might also Like