Type to search

Business files

Clensy Appavoo :«L’expert-comptable est aujourd’hui appelé à agir comme un conseiller auprès de ses clients»

Share

Outre de tenir le livre de comptes, les firmes comptables agissent également comme conseillers financiers. Comment accompagnez-vous les entreprises dans la gestion de leur cash-flow ? Le métier de ‘comptable’ a connu une évolution à 180o sur les deux dernières décennies. Aujourd’hui, nous ne tenons plus des livres, nous ne faisons plus la saisie des données car le génie informatique s’est greffé sur les opérations comptables et se charge de toutes les tâches répétitives. L’expert-comptable est aujourd’hui appelé à faire les émissions des comptes des entreprises selon les normes internationales et agir comme un conseiller auprès de ses clients. Il maîtrise tous les compartiments de la gestion d’une entreprise et il est en mesure d’appréhender la performance de l’entreprise, de faire les prévisions de ventes, des achats, des dépenses et d’établir les résultats prévisionnels. Ce sont là les ingrédients pour une bonne gestion de la trésorerie ou ce que vous appelez le ‘cashflow’. L’expert-comptable peut établir avec une certaine précision un cash-flow évolutif sur plusieurs mois d’opérations et de là construire un business plan bien élaboré.

L’inflation, la hausse des salaires et des taux d’intérêt sont autant de facteurs qui affectent la trésorerie des entreprises ces jours-ci. Comment planifier correctement son budget en prenant en compte ces facteurs ? La hausse des coûts est un facteur permanent auxquelles entreprises ont à faire face. Ces derniers temps, il y eu un accroissement des coûts causé par la pandémie, avec une inflation grandissante sur les prix des produits et autres intrants importés. Il y a eu les augmentations de salaires, les nouvelles contributions sociales et une contraction au niveau des ventes.

L’expert-comptable a joué un rôle important au niveau des conseils à ses clients. Une planification fondamentale a été nécessaire pour faire face aux défis inattendus. D’abord une remise en question de la façon d’opérer et établir les accès possibles aux méthodes innovatrices souvent axées sur les nouvelles technologies. Ensuite une étude approfondie des coûts de l’entreprise : éliminer les coûts insignifiants, diminuer les coûts dans chaque secteur d’activités, retarder les investissements dans les actifs pour ainsi optimiser le ‘cash’ qui est devenu plus que jamais ‘les nerfs de la guerre’ (Cash is King !).D’autre part, il a fallu planifier l’optimisation des ventes : ciblage des clients par segments, vente en ligne, marketing sur les réseaux sociaux afin de toucher le plus de clients possible. Cette planification a également inclus une analyse des moyens de financement : emprunts destinés aux PME, crédit-bail, restructuration des dettes, etc. Toute cette planification se résume dans un business plan élaboré et une feuille de route à appliquer à la lettre.

Dans cette période post-Covid, les entreprises doivent investir, notamment dans des équipements modernes ou encore les nouvelles technologies pour rester compétitives. Or, investir implique un coût. D’où la nécessité de planifier son investissement pour ne pas se retrouver à court de cash-flow. Comment conseillez-vous vos clients qui veulent investir ? L’entreprise est confrontée à deux stratégies de financement: le financement de son fonds de roulement (working capital) qui comprend son stock de produits, les termes de crédit à ses clients, le paiement de certains coûts en amont et puis le financement de ses actifs, soit équipements, machines, bâtiments, véhicules, entre autres. Il est important de faire cette différence. Le financement du  ‘working capital’ doit se faire exclusivement par des moyens à court terme : découvert bancaire, crédit fournisseurs, crédits documentaires, prêts à court terme, autofinancement. Cependant, le financement des actifs doit favoriser le moyen à long terme: prêt à long terme, crédit-bail, capitaux propres, etc. Le choix de financement implique également le taux d’intérêt applicable, la période de remboursement et surtout les garanties à pourvoir. L’expert-comptable qui maîtrise ces stratégies de financement et qui est au courant des canaux de financement disponibles sur le marché est bien placé pour accompagner ses clients dans cette démarche.

Avec la crise sanitaire, de nombreuses compagnies ont dû revoir leurs priorités afin de pouvoir rester à flot. Comment vous êtes-vous organisé pour répondre aux besoins des clients ? Il est tout d’abord important de noter que chaque entreprise a dû s’adapter en fonction de sa taille, de son secteur d’activité et des défis spécifiques auxquels elle était confrontée. Les stratégies adoptées ont donc pu varier en fonction de ces facteurs. Afin de répondre aux besoins de nos clients, nous avons apporté des conseils sur différentes stratégies. Déjà, Il y a eu la transition vers le travail à distance. De nombreuses entreprises ont mis en place des politiques de travail à distance pour assurer la continuité des opérations tout en protégeant la santé de leurs employés. Elles ont utilisé des outils de communication en ligne tels que la visio conférence, les chats en direct et les logiciels de gestion de projets pour rester en contact avec les clients et collaborer efficacement. Les entreprises ont aussi dû intensifier leurs efforts pour fournir des services en ligne afin de répondre aux besoins des clients tout en respectant les restrictions de distanciation sociale. Il fallait aussi préconiser une communication proactive car la transparence et la réactivité ont été essentielles pour maintenir la confiance des clients. Il y a aussi certaines entreprises qui ont modifié leurs politiques commerciales pour faire preuve de souplesse et soutenir leurs clients pendant cette période difficile.

Pendant la crise, les entreprises ont sollicité l’aide des firmes comptables pour se restructurer. Quelle a été votre approche pour les aider à avoir un niveau de cash-flow décent afin de poursuivre leurs opérations ? Les circonstances de chaque entreprise étant différentes, les cabinets comptables ont adapté leurs services en fonction des problèmes spécifiques rencontrés par les entreprises pendant la crise, afin de les aider à se restructurer et à renforcer leurs opérations. Les cabinets comptables ont effectué des analyses détaillées des flux de trésorerie des entreprises pour identifier les domaines où des améliorations pouvaient être apportées. Cela inclut l’examen des dépenses, des recettes, des politiques de crédit, de gestion des stocks et des délais de paiement afin d’optimiser le flux de trésorerie. En sus de cela, il fallait aussi identifier où des réductions de coûts pouvaient être réalisées sans compromettre le fonctionnement essentiel de l’entreprise.  Cela inclut des conseils sur la rationalisation des opérations la renégociation des contrats avec les fournisseurs, la gestion des effectifs et la réduction des dépenses non essentielles. Les cabinets comptables ont joué un rôle clé pour aider les entreprises à évaluer leur besoin de liquidités à court terme et à mettre en place des stratégies pour les obtenir. Cela peut inclure la recherche de financements supplémentaires, la renégociation des modalités de paiement avec les créanciers, l’utilisation de lignes de crédit existantes ou la recherche d’aides gouvernementales après de la DBM, de SME Mauritius…

Quelle est votre approche pour consolider les fondations et pérenniser les opérations d’une entreprise ?

Les cabinets comptables ont notamment travaillé avec les entreprises pour élaborer des plans stratégiques à long terme, en identifiant les domaines d’opportunité et de croissance potentielle, ainsi que les défis à relever. Cela a permis aux entreprises de prendre des décisions éclairées pour consolider leurs fondations et adapter leurs opérations en conséquence. Les entreprises ont aussi bénéficié de notre soutien pour revoir et optimiser leurs processus internes, en mettant l’accent sur l’efficacité opérationnelle, la réduction des inefficacités et la maximisation de la productivité. Cela comprend l’automatisation des tâches, l’implémentation de systèmes de gestion intégrée et l’amélioration de la collaboration entre les différents services. Nous avons aussi apporté des conseils en matière de gestion financière pour aider les entreprises à prendre des décisions éclairées concernant leur structure de capital, leur allocation des ressources et leur gestion des risques. Cela a permis de renforcer la stabilité financière des entreprises et de favoriser leur pérennité à long terme.

Tags:

You Might also Like