Type to search

Business files

François Desvaux de Marigny : «Notre offre «M» répond aux exigences particulières de la clientèle fortunée»

Share

Il y a une vingtaine d’années, la MCB a été parmi les premières banques locales à créer son unité de Private Banking. Dédiée au départ à la clientèle fortunée existante de la banque, ce service s’est rapidement étendu à de nouveaux clients, mauriciens comme étrangers.

Vous disposez de la marque « Select » et de la marque « M ». Quelle est l’approche et les services qui tombent sous ces deux marques ?

Il convient tout d’abord de souligner que la MCB a été la première banque locale à mettre en place un service dédié à la clientèle privée. Aujourd’hui, MCB Private Wealth Management, forte de ses 170 collaborateurs, dispose d’une proposition de valeur de tout premier ordre avec des prestations haut de gamme et des solutions sur mesure à destination d’une clientèle exigeante.

Notre offre «Select» s’adresse tout particulièrement aux professionnels, aux chefs d’entreprises et aux cadres qui sont en phase de construction de patrimoine. À cet effet, nous disposons d’une gamme de produits et services adaptée au profil et aux objectifs de chacun : moyens de paiements, financement et solutions de placement

Notre offre «M» répond, pour sa part, aux exigences particulières de la clientèle fortunée. «M» offre une gamme complète de produits et services personnalisés en fonction des situations et des projets de chacun. Les clients «M» bénéficient de solutions de financement élaborées, des services de planification financière, d’exécution d’ordres de bourse, de gestion discrétionnaire et non discrétionnaire, d’aide à la sélection de fonds ou encore de l’accès à du Private Equity ainsi qu’aux services de conciergerie.

L’industrie de la gestion d’actifs et de patrimoine s’oriente-t-elle de plus en plus vers l’Afrique ?

Le continent africain est source de nombreuses opportunités pour notre banque, et nous voulons capitaliser sur ce marché en pleine croissance. Nous nous positionnons comme une référence en matière de gestion patrimoniale, aussi bien auprès du marché des particuliers que celui des professionnels. Nous disposons d’un département spécialisé dédié aux non-résidents et nous avons constaté que la clientèle étrangère, notamment africaine, avait des besoins spécifiques.

Disposer de banquiers dédiés à cette clientèle est un réel atout dans la mesure où certaines problématiques demandent des expertises spécifiques : fiscalité cross border, droit patrimonial, etc. Nous avons aussi la chance de pouvoir nous appuyer sur notre réseau de bureaux de représentation (Afrique du Sud, Kenya, Nigeria, Dubaï, etc.) qui constitue depuis de nombreuses années de réels points d’ancrage dans la région. Par ailleurs, n’oublions pas que nous sommes une banque africaine et que nous faisons partie des rares banques «investment grade» de la région, ce qui constitue pour nos partenaires un réel gage de solidité.

Face à l’afflux de particuliers fortunés et leurs attentes en matière d’orientation personnalisée, comment la gestion de patrimoine locale et les family offices arriveront-ils à se démarquer ?

Face à des besoins en constante évolution, il est nécessaire d’adapter en permanence les offres existantes. À notre niveau, nous constatons, par exemple, que nos clients souhaitent mieux organiser leur patrimoine en centralisant leurs avoirs au sein d’une société plutôt que de les détenir en nom propre. Ils disposent ainsi d’une vision holistique de leur patrimoine, facilitant de ce fait les décisions d’allocation d’actifs. Aussi, le partage des avoirs en cas de succession se trouve facilité. Il va de soi que les services de family office trouvent parfaitement leur place dans ce type d’organisation.

Selon-vous, notre centre financier international possède-t-il tous les atouts pour se positionner avec succès sur ce marché de niche dans le cadre de sa stratégie africaine ?

Maurice dispose d’un avantage concurrentiel certain tant sur le plan économique que fiscal. Le pays engrange, en effet, depuis des années, de bons points pour le dynamisme de son économie à l’échelle africaine. Il a aussi un cadre législatif et fiscal attrayant ainsi qu’une main d’œuvre qualifiée. Par ailleurs, différentes initiatives ont été mises en place, comme le développement des projets fonciers haut de gamme ou encore l’accueil de retraités étrangers. Celles-ci ont permis un afflux d’étrangers à revenus élevés.

Au regard de notre solidité financière et de la bonne réputation dont nous bénéficions à l’international, nous disposons de tous les atouts nécessaires pour nous positionner comme un centre financier de choix entre l’Europe, l’Afrique et l’Asie. À la MCB, nous croyons fermement dans le potentiel africain, étant nous-mêmes une banque africaine. Notre stratégie de diversification de nos activités à l’international, en particulier sur la région, nous place encore plus au cœur du dynamisme de ce continent.

Tags:

You Might also Like