Type to search

Business files

Fruits et légumes : vers une production durable et de haute qualité

Share

L’évolution est constante sur le marché des fruits et légumes, qui est façonné par des pratiques agricoles innovantes et une demande grandissante pour des produits durables. le secteur s’évertue à s’adapter continuellement aux préférences changeantes des consommateurs et aux contraintes environnementales.

L’INDUSTRIE des fruits et légumes est soumise à une transformation perpétuelle, s’ajustant aux changements économiques, environnementaux et sociaux tout en anticipant les demandes d’un marché de plus en plus concurrentiel. Les opérateurs dans ce secteur font preuve d’une adaptabilité remarquable, mettant en place une gamme variée de stratégies pour se démarquer et répondre aux besoins changeants de consommateurs toujours plus exigeants. Cette dynamique requiert une compréhension approfondie des tendances émergentes et des préférences des clients, ainsi qu’une capacité à innover et à s’aligner sur des impératifs écologiques et sociaux.

Samla Dijoux, Farm Manager de Top Nature, trouve que la demande croissante pour des fruits et légumes de qualité respectant l’environnement a conduit à l’adoption de pratiques agricoles de précision. Cela comprend l’utilisation d’automatismes d’irrigation et de variétés de semences hybrides professionnelles adaptées au climat local, offrant de meilleurs rendements et une résistance accrue aux maladies. Cette approche vise à garantir une production durable et de haute qualité pour répondre à la demande en hausse du marché.

Pour sa part, Steeward Presley, Brand Manager de Panagora, souligne l’impact du climat local sur la disponibilité des fruits et légumes frais. Pour atténuer les effets des intempéries sur l’approvisionnement, Panagora élabore des plans d’approvisionnement prévoyant même l’importation de certains produits frais. De plus, une tendance notable est la hausse des ventes de légumes surgelés, présentés comme une alternative pratique et conservant la fraîcheur des produits. «Pendant cette même période, nous constatons une hausse dans la vente de légumes surgelés, qui restent une très bonne alternative aux légumes frais car nous savons qu’une surgélation rapide des légumes après leur récolte permet de conserver toute leur fraîcheur.» Panagora propose de ce fait une gamme variée de produits frais, surgelés et en conserve de différentes marques, pour répondre aux besoins diversifiés des consommateurs tout au long de l’année.

Bheevesh Meenowa, directeur du Super U de Goodlands, souligne que malgré l’importation de fruits, les défis rencontrés ont un impact significatif sur la gestion des produits frais et leur accessibilité pour les clients. Pour répondre à cette pression, Super U se tourne de plus en plus vers les produits préemballés et surgelés.

En ce qui concerne les tendances sur le marché des fruits et légumes, Samla Dijoux met en avant la grande préoccupation des Mauriciens pour leur santé. Ces derniers privilégient des aliments frais, propres et de qualité, produits de manière judicieuse. De plus, avance-t-elle, l’influence des réseaux sociaux et la migration internationale ont élargi la demande locale pour une variété de légumes, notamment des produits exotiques comme les petites tomates cerises, les melons, les poivrons, le basilic et les aubergines rondes.

De plus, les consommateurs cherchent un service de qualité, ce qui se traduit par une demande en hausse constante de produits bien emballés, préparés et prêts à être consommés. Les mini-légumes et les micro-pousses sont devenus populaires, reflétant une tendance vers des produits diversifiés et plus raffinés.

La production locale privilégiée

Steeward Presley met en lumière la diversité de marques proposées par Panagora, chacune répondant à des besoins spécifiques. Bonduelle, Field Good et Denny répondent à une demande persistante pour une variété de produits frais, avec un accent sur la qualité et l’origine contrôlée des offres proposées. Notamment, Bonduelle est reconnue pour ses salades prêtes à l’emploi, tandis que Field Good comprend une gamme plus générique qui répond aux besoins des consommateurs en fruits et légumes frais. Quant à Denny, la marque se spécialise dans les champignons, en partenariat avec Denny Mushroom, le plus gros producteur de champignons d’Afrique du Sud.

Le volume de fruits et légumes distribués par les grandes surfaces a connu une progression constante ces dernières années. Cette dynamique s’explique en partie par l’augmentation de la part de marché des fruits et légumes de marque, ainsi que des produits transformés ou prêts à la consommation. Cette évolution est notamment attribuable à l’intérêt grandissant pour la santé, à la montée du véganisme et au vieillissement de la population, les seniors étant réputés pour leur consommation accrue de fruits et légumes.

Interrogé à cet effet, Steeward Presley souligne que malgré cette progression constante, les chiffres disponibles ne révèlent pas de variations significatives sur le marché global des fruits et légumes au cours de la dernière décennie. Cependant, il reconnaît que des fluctuations peuvent survenir au niveau de la production locale, en fonction des aléas climatiques et suivant des contraintes logistiques telles que les retards dans le transport maritime. Il mentionne la possibilité d’un recours temporaire aux produits surgelés en cas de pénurie ou de retard dans l’approvisionnement en produits frais, et vice versa.

En revanche, Samla Dijoux affirme que la consommation de fruits et légumes a effectivement augmenté. «Cette hausse serait imputée à une prise de conscience de l’importance d’une alimentation saine, en particulier chez les seniors, qui tendent à suivre le principe des cinq fruits et légumes par jour.» Selon elle, les grandes surfaces répondent efficacement à cette demande en proposant une gamme variée de produits, présentés dans des emballages attractifs, inspirant confiance aux consommateurs. De plus, l’amélioration des techniques de culture et l’introduction de variétés mieux adaptées au climat local ont contribué à améliorer la qualité et la disponibilité des produits locaux tout au long de l’année. Ainsi, des fruits et légumes comme les melons charentais, le pitaya, différentes variétés de tomates cerises et des poivrons multicolores sont désormais plus facilement accessibles, encourageant les Mauriciens à privilégier les produits locaux.

La perte du pouvoir d’achat n’est pas le principal facteur qui pousse les Mauriciens à privilégier les légumes surgelés. Steeward Presley explique que bien que la consommation de légumes surgelés augmente chaque année pendant la saison des pluies et des cyclones, le marché reste relativement faible comparé à celui des légumes frais. Ces derniers, selon lui, restent fidèles à leurs habitudes en matière de consommation de légumes frais malgré les contraintes économiques.

Tags:

You Might also Like