Type to search

Business files

Investissement : Faire fructifier son patrimoine financier

Share
Entreprises finances

L’investissement en Bourse représente une opportunité d’accroître son patrimoine financier à long terme. Il est toutefois important d’avoir une bonne connaissance du marché financier avant de se lancer. Les solutions d’investissement sont multiples mais en raison de la volatilité des cours des actions, bien définir sa stratégie d’investissement est une des étapes fondamentales à suivre.

Décider d’investir dans des actions ou obligations en Bourse peut être un choix cornélien pour certains en raison des risques encourus et les craintes concernant de nombreux facteurs pouvant affecter de manière significative les produits financiers traditionnels. Toutefois, l’investissement demeure avant tout un bon moyen de répondre à ses objectifs de vie comme faire fructifier son argent, constituer son patrimoine, réaliser un projet, donner du sens à son épargne ou encore se faire un complément de revenu.

Pour accéder aux marchés financiers et faire ses placements boursiers, il faut d’abord définir ses objectifs et acquérir une solide compréhension des marchés financiers, des différentes classes d’actifs et des stratégies d’investissement. «Tout d’abord, il faut définir son profil d’investisseur et ses objectifs financiers. Ensuite, comprendre les fondamentaux de l’économie et choisir les produits financiers qui correspondent à ses besoins. S’informer sur les entreprises et les secteurs d’activité dans lesquels on souhaite investir, puis analyser les fondamentaux des entreprises avant de prendre des décisions d’investissement. Vient ensuite le choix d’un courtier en Bourse fiable et diversifier son portefeuille d’investissement pour réduire les risques», conseille Sameer Sharma, expert en investissements alternatifs.

Le courtier, ou plus connu dans le langage courant comme un broker, est l’intermédiaire entre le client et les marchés en transmettant les ordres d’achat ou de vente d’actifs financiers. Il joue un rôle capital en permettant au client d’accéder au marché financier. Comme le décrit Amit Bakhirta, le CEO d’Anneau, le gestionnaire d’investissement «assistera le client dans la définition de ses objectifs d’investissement, de son profil de risque et décidera des sociétés et des secteurs qui correspondront à ses attributs, et gérera son portefeuille de manière à atteindre ses objectifs, à moyen et long termes».

L’investisseur doit ainsi faire preuve de patience après avoir défini le degré de risque auquel il est prêt à faire face ainsi que le montant qu’il souhaite investir. Quand on a établi son portefeuille d’investissement, il est souvent recommandé de répartir son capital entre différentes classes d’actifs pour atténuer les pertes en cas de sous-performance liée à la volatilité d’un seul investissement.

Diversifier le portefeuille

De l’avis d’Imrith Ramtohul, consultant en investissement, «il ne faut pas mettre tous les oeufs dans le même panier». Ainsi, d’autres types d’investissements sont envisageables lors de la constitution du portefeuille d’investissement, tels les obligations, les dépôts à terme ou encore les fonds immobiliers, afin de ne pas courir le risque de perdre gros. Malgré les bénéfices de l’investissement en Bourse – en termes de dividendes payés par des compagnies cotées et les bénéfices réalisés sur la vente des titres dont les cours ont grimpé depuis l’achat –, les fluctuations des marchés financiers avec les tensions géopolitiques qui persistent ou encore l’évolution des taux d’intérêt sont autant de facteurs qui peuvent entraîner des pertes pour l’investisseur s’il n’est pas un investisseur averti et informé.

Les plans d’investissements alternatifs

Il est, de plus, conseillé d’investir sur les moyen et long termes en Bourse pour s’attendre à un bon retour sur investissement. La perception qu’on peut maximiser ses gains rapidement est illusoire. «Tout ce qui mentionne des gains rapides doit être considéré avec prudence ; tout simplement parce que rien de tel n’existe. Les gestionnaires d’investissement prennent effectivement tout le temps des positions tactiques et s’engagent dans des transactions à rotation rapide. Cela est strictement réservé aux investisseurs experts et il est également peu probable qu’ils s’engagent dans ce type de transactions pour des portefeuilles ou des fonds conservatifs; conformément aux normes et standards mondiaux de gestion des risques. Aux investisseurs particuliers, il est donc conseillé d’investir sur le moyen à long terme dans des entreprises et des activités qu’ils peuvent comprendre, dans une mesure raisonnable», avertit Amit Bakhirta.

L’évolution du paysage financier, notamment avec la digitalisation, a donné lieu à de nouvelles méthodes d’investissements comme la cryptomonnaie. Investir dans des actifs virtuels est toutefois encore considéré comme une stratégie à haut risque car hautement volatile. «Selon Market Watch, le rendement annuel d’un investissement dans le Bitcoin s’élevait à 124 % en dollars américains au 20/11/2023. Bien que le rendement puisse sembler très attrayant, il faut être à l’aise avec les risques liés à l’investissement dans les actifs virtuels. Bon nombre de personnes ne comprennent pas correctement comment fonctionnent les différents types de cryptomonnaies et à quel point certaines d’entre elles peuvent être volatiles, ou encore qu’il n’y ait pas de réel protection si les choses tournent mal», indique Imrith Ramtohul. Amit Bakhirta avance pour sa part que se lancer dans la monnaie virtuelle résulte surtout à spéculer plutôt que d’effectuer des investissements fondamentaux, ce qui peut se révéler risqué.

Sameer Sharma fait, lui, état du redressement du Bitcoin malgré les taux d’intérêt élevés aux États-Unis, mais que ces actifs restent volatils. Même s’ils ont un potentiel à long terme, les investisseurs devraient faire preuve de prudence en y consacrant un petit pourcentage de leurs portefeuilles diversifiés.

L’hésitation à investir dans la cryptomonnaie vient également avec les préoccupations contre des arnaques. Les arnaqueurs n’hésitent pas à promouvoir la cryptomonnaie en la présentant comme rentable ou garantie et en faisant des promesses de gains rapides. Un cadre légal comme le Virtual Asset and Initial Token Offering Services (VAITOS) Act vient permettre à l’instance régulatrice de sévir face à de telles arnaques. «Les règles et la législation existantes offrent une protection adéquate aux investisseurs. Toutefois, le niveau d’éducation financière de la population mauricienne pourrait encore être amélioré grâce à des séminaires, des conférences, des publications dans les médias et des cours d’éducation financière à l’école. Il est inquiétant de constater que plusieurs personnes ont récemment accepté d’investir dans des systèmes de Ponzi annoncés sur les médias sociaux, juste pour obtenir un rendement rapide. Cela démontre un manque d’éducation financière», déplore Imrith Ramtohul.

Sameer Sharma rappelle, quant à lui, que l’essence même de la cryptomonnaie est qu’elle doit être décentralisée. «Il est évident que ceux qui ont investi dans des projets ou placé leur cryptomonnaie dans des entreprises de fintech se sont brulé les mains, mais ceux qui ont conservé leur cryptomonnaie dans leurs portefeuilles numériques s’en sont plutôt bien sortis car ayant mis leurs émotions de côté et investi de manière rationnelle.»

Amit Bakhirta de soutenir que ce segment de monnaie virtuelle n’a pas réussi à réellement décoller à Maurice et que plus le secteur et les options d’investissement sont complexes, plus les investisseurs doivent être prudents, en particulier lorsqu’il s’agit d’actifs virtuels.

Tags:

You Might also Like