Type to search

En couverture

Vidia Mooneegan : «Les données sont devenues l’élément vital de l’économie moderne»

Share

La complexité et l’évolution continue de la main-d’oeuvre, associées à une concurrence mondiale, rendent la rétention des talents difficile. Tel est le constat de Vidia Mooneegan, global head, shared services à Ceridian mauritius. celui-ci estime que la faible population de Maurice entrave sa croissance. Toutefois, il est convaincu que Maurice peut surmonter ces défis en développant une stratégie d’immigration ciblée, en encourageant la culture de l’intelligence artificielle, en exploitant les opportunités en afrique, en innovant dans le domaine de l’éducation et en mettant en avant ses compétences linguistiques pour créer une maind’ oeuvre polyglotte compétente.

Les entreprises sont confrontées à un grand nombre de défis qu’elles doivent relever avechabileté au niveau du capital humain. Comment les aborder pour en tirer le meilleur ?

La complexité et l’évolution constante de la main-d’œuvre constituent l’une des principales difficultés. Comme les entreprises s’efforcent de rester en tête sur le marché concurrentiel, elles subissent des changements rapides, ce qui exige une approche dynamique pour gérer efficacement leurs ressources humaines. De plus, la nature globale des organisations modernes représente un obstacle supplémentaire, car elles doivent gérer habilement des équipes diverses dispersées sur différents sites. Cette situation exige non seulement une compréhension nuancée des réglementations locales, mais aussi une conscience aiguë des différences culturelles et des stratégies efficaces d’acquisition de talents. Si les avancées technologiques sont porteuses d’opportunités prometteuses, elles soulèvent également leur lot de défis pour le secteur du capital humain. Les technologies innovantes en matière de ressources humaines rationalisent sans aucun doute les processus et améliorent l’analyse de la main-d’oeuvre, en fournissant des informations précieuses pour une meilleure prise de décision.

Par ailleurs, sur ce marché du travail dynamique, attirer et retenir les meilleurs talents est devenu une préoccupation constante pour les organisations. Alors que la concurrence pour les personnes qualifiées s’intensifie, les entreprises doivent trouver des moyens innovants pour se démarquer et attirer ces professionnels recherchés. La création d’un environnement de travail qui favorise l’engagement et la satisfaction des employés joue un rôle crucial, non seulement pour attirer les meilleurs talents mais aussi pour les retenir à long terme. Parmi les difficultés de la gestion du capital humain, la conformité avec les lois et réglementations du travail en constante évolution est un autre facteur de complexité. Les entreprises doivent rester vigilantes et se tenir constamment au courant des dernières exigences légales afin de s’assurer qu’elles opèrent dans les limites de la loi. Le respect de ces réglementations est vital, car le fait de les ignorer peut entraîner des répercussions juridiques et financières potentielles, compromettant ainsi la stabilité et la réputation de l’entreprise.

Quelles mesures prioritaires Maurice devrait-elle envisager pour résoudre efficacement ces défis ?

L’un des principaux obstacles est le frein que représente la faible population de Maurice pour le progrès économique global du pays. S’attaquer à cette bombe à retardement démographique devient une priorité nationale cruciale. Des mesures superficielles ou cosmétiques ne suffiront pas ; au contraire, Maurice doit trouver le courage de prendre des décisions difficiles. Pour prospérer, le pays doit se concentrer sur le développement d’une stratégie d’immigration ciblée et intelligente qui s’aligne sur sa vision à long terme pour les deux ou trois prochaines décennies. En attirant des talents qualifiés qui peuvent contribuer à la croissance du pays, l’île Maurice peut renforcer ses perspectives économiques.

À l’ère des progrès technologiques rapides, l’intelligence artificielle (IA) est un puissant facteur de productivité et de production. Toutefois, pour tirer pleinement parti du potentiel de l’IA, Maurice doit doter sa main- d’œuvre actuelle et future d’une culture de l’IA. Bien que l’étendue de l’impact de l’IA reste incertaine, son influence se fera sans aucun doute sentir dans divers aspects de la vie, allant de l’éducation et des industries aux opportunités de carrière. Exploiter l’IA pour permettre aux industries de fonctionner avec moins de ressources offre une opportunité de requalification des talents déplacés, en leur donnant les moyens de se reconvertir dans les secteurs émergents, favorisant ainsi une main-d’œuvre plus durable et plus adaptable.

Maurice doit également prendre en compte le vaste potentiel que représente l’opportunité africaine. La population africaine devrait atteindre 2,4milliards d’habitants d’ici à 2050,dont une proportion importante de jeunes, et le pays peut tirer parti de ce dividende démographique pour soutenir sa trajectoire de croissance. Pour ce faire, Maurice peut attirer des talents de tout le continent africain pour des activités nécessitant une présence physique, et ainsi soutenir son PIB. L’ouverture de bureaux dans d’autres pays africains peut être une mesure stratégique pour attirer les talents et favoriser les liens économiques, créant ainsi une situation gagnant-gagnant à la fois pour Maurice et ses voisins africains. De plus, le secteur de l’éducation est extrêmement prometteur pour les perspectives de croissance de l’île Maurice. Pour rester viables, les universités ont besoin d’un nombre substantiel d’étudiants, et Maurice peut explorer des moyens novateurs d’attirer des étudiants étrangers dans ses institutions.

Au-delà des méthodes traditionnelles, l’adoption de solutions créatives telles que l’enseignement en ligne, qui a connu un succès remarquable avec un taux d’adoption de 15 % aux États-Unis, peut ouvrir de nouvelles perspectives. La collaboration avec d’autres universités et l’optimisation des infrastructures peuvent aider l’île Maurice à répondre à la demande croissante d’éducation sur le continent africain, offrant ainsi une opportunité commerciale mûre. Pour consolider sa position en tant que plateforme multilingue majeure de services aux entreprises, l’île Maurice peut tirer parti de son avantage linguistique, une caractéristique unique de l’histoire de la colonisation du continent africain. Avec l’anglais, le français, le néerlandais, l’allemand, le portugais, l’italien et l’espagnol, l’île Maurice peut compléter sa main-d’œuvre de manière créative avec des talents multilingues. Ces compétences linguistiques diverses permettent au pays de répondre aux besoins d’un large éventail d’entreprises mondiales et de renforcer sa position sur le marché international. Pour que cette vision devienne réalité, le gouvernement et l’Economic Development Board doivent donner la priorité et soutenir activement les efforts visant à favoriser une main-d’œuvre multilingue.

L’économie des données joue un rôle essentiel dans notre monde moderne, propulsant l’innovation, la prise de décisions éclairées et la création de valeur à travers la transformation numérique des entreprises et des industries. Comment Maurice peut-il devenir un pôle d’attraction pour les entreprises numériques et tirer parti de l’économie des données pour assurer un avenir prospère et durable ?

Dans ce paysage numérique en constante évolution, les données sont devenues l’élément vital de l’économie moderne et ont le pouvoir de façonner le monde. Comme le dit le proverbe, «celui qui contrôle les données contrôlera le monde», ce qui a déclenché une course mondiale à la domination des données et à la suprématie de l’IA. Cette course à la concurrence a même influencé les relations internationales, la détérioration des relations entre les États-Unis et la Chine en étant un exemple frappant. De plus, les cyberattaques ont atteint des niveaux sans précédent, constituant une menace aux proportions pandémiques. Il est clair que les données sont la nouvelle richesse, dépassant les ressources traditionnelles comme le pétrole, et entraînant un changement monumental des paradigmes économiques. Conscientes de la place qu’occupent les données dans la construction de l’avenir, de grandes compagnies pétrolières comme Shell, BP et Total ont réorienté leurs investissements vers des solutions d’énergie renouvelable. Même l’Arabie saoudite, traditionnellement dépendante du pétrole, s’est fixé pour objectif de se convertir en une économie axée sur les données dans le cadre de son initiative Vision 2030.

Dans ce contexte, Maurice doit s’inspirer de ces exemples et se focaliser sur la construction de sa propre économie des données pour s’assurer un avenir prospère et durable. Le flux mondial de données constitue à la fois des opportunités et des défis pour Maurice. Les applications de l’IA alimentées par les données devraient générer une nouvelle activité économique stupéfiante de 13 000 milliards de dollars d’ici à 2030, selon McKinsey. En tant que nation éloignée des marchés clés, Maurice peut stratégiquement capitaliser sur le secteur des services pour déverrouiller son potentiel économique. Qui plus est, compte tenu du potentiel du travail à distance et des contributions de la diaspora mauricienne, le pays peut tirer parti d’une main-d’œuvre diversifiée sans qu’il soit nécessaire de la déplacer physiquement. La Data Economy a déjà permis à certaines entreprises, comme Apple et Microsoft, de dépasser des pays entiers en termes de création de richesse, ce qui met en évidence les possibilités remarquables qui s’offrent à l’île Maurice.

Pour devenir un pôle d’attraction pour les entreprises numériques, Maurice doit privilégier le maintien de la stabilité géopolitique par le biais d’une diplomatie intelligente. En tirant parti de sa situation géographique, le pays peut exploiter les opportunités offertes par l’Afrique, où les infrastructures, les centres de données et les cadres de protection des données sont encore en cours de développement. Attirer et retenir les talents est crucial, et Maurice peut y parvenir en offrant un style de vie attrayant, en garantissant la sécurité et en mettant en œuvre des politiques fiscales compétitives. Des investissements dans l’infrastructure numérique et les technologies du cloud contribueront en outre à inciter d’importantes entreprises numériques à s’implanter sur l’île.

Pour alimenter la croissance de l’économie des données, Maurice doit donner la priorité à l’éducation et aux programmes de requalification afin de créer une population à l’aise avec les technologies. Le renforcement des lois sur la protection de la vie privée et des données, à l’image de la législation rigoureuse du GDPR, permettra de solidifier la réputation de la nation en tant que destination sûre et sécurisée pour les entreprises axées sur les données. L’innovation joue un rôle pivot dans l’économie des données, et Maurice peut adopter les technologies futures pour rester à l’avant-garde. La construction de centres de données sous-marins, inspirée par des pionniers comme Microsoft, promet de révolutionner l’informatique sur le cloud. Ces centres offrent de nombreux avantages, y compris une empreinte carbone réduite, moins de pannes, des économies significatives en matière de refroidissement et moins de pression sur les ressources en eau propre.

Par ailleurs, en s’inspirant de la position de la Suisse dans le secteur bancaire, l’île Maurice peut s’efforcer de devenir un havre de paix pour les entreprises, en donnant la priorité à la sécurité des données et à la protection de la vie privée. Pour concrétiser cette ambition, il faudra repenser l’image de marque du pays afin de refléter sa vision et d’attirer l’attention du monde entier.

Tags:

You Might also Like