Type to search

Business files Entreprendre

Industrie locale – Le label Made In Moris résonne avec force

Share
Made in Moris

Industrie locale – Le label Made In Moris résonne avec force.

Avec la crise qu’a engendrée la pandémie, la pertinence du label made in moris a enfin pris tout son sens et ne pourra plus être questionnée. Le bouleversement dans les modes d’approvisionnement et la sécurité alimentaire incitent davantage  de consommateurs à s’intéresser à  une production locale de qualité.

DANS LE CONTEXTE actuel de fragilisation de l’économie mondiale et de remise en question des modes de production, de distribution et de consommation, l’Association of Mauritian Manufacturers (AMM) et le label Made in Moris jouent désormais un rôle-clé : celui de promouvoir une économie locale résiliente. Maurice reste un petit État insulaire très dépendant de l’étranger en matière de biens et de services. Aujourd’hui, son économie locale est mise à mal par des crises sanitaires et économiques mondiales. Notre résilience et notre indépendance économique redeviennent des enjeux stratégiques vitaux.

Ainsi, la sécurité et la sûreté alimentaires de l’île, la création de partenariats industriels dans l’océan Indien, la protection de notre environnement sont autant d’enjeux qui poussent l’AMM à franchir une nouvelle étape de son développement marquée par les transitions numérique, écologique et énergétique. D’une association créée pour promouvoir d’irréductibles entrepreneurs résistant à la montée des importations, l’AMM est aujourd’hui une voix respectée dans l’écosystème économique, pleinement engagée dans la transformation du secteur manufacturier local.

Yannis Fayd’herbe, le président de l’AMM, est catégorique : l’industrie locale demeure l’un des piliers les plus fiables de l’économie mauricienne. Les industriels locaux sont au service du pays depuis des décennies et l’association a célébré ses 25 ans en 2020. L’industrie locale regroupe 350 grandes entreprises et 12 000 PME, ce qui représente environ 50 000 emplois directs. «Aujourd’hui, cette industrie pèse Rs 27 milliards par an et représente 8,5 % du PIB mauricien. Lorsqu’on parle de sa portée réelle, il faut penser à la valeur ajoutée que nous créons, aux emplois, aux familles que l’industrie soutient et à la richesse créée qui reste sur notre territoire. Cela dit, l’effet multiplicateur de l’industrie locale sur la richesse du pays reste sous-exploité», fait ressortir Yannis Fayd’herbe.

Forte d’une centaine de membres, l’AMM se fait le champion d’un patriotisme économique qui prend tout son sens dans le contexte actuel. Un contexte marqué par de nouveaux comportements des consommateurs qui privilégient, de plus en plus, l’achat d’un bien produit localement, quand il affiche des caractéristiques équivalentes à celles d’un produit concurrent et fabriqué à l’étranger. La popularité du label Made in Moris, créé en 2013 par l’AMM, ne cesse de croître. Aujourd’hui, ce label est la vitrine d’une production locale appelée à briller au-delà des côtes mauriciennes.

Aujourd’hui, 75 % des Mauriciens pensent que le label Made in Moris crée plus d’opportunités d’emplois. 75 % des Mauriciens estiment que le label contribue à l’économie mauricienne et à la production locale. Plus de 70% des Mauriciens pensent que le label aide les producteurs à mettre en avant leur expertise. Aux yeux de plus de 65 % des Mauriciens, le label représente un réseau solide d’entrepreneurs. En termes de notoriété, plus de 80 % des Mauriciens à travers toutes les générations connaissent le label.

NOUVELLES TENDANCES D’ACHAT

De son côté, Sylvan Oxenham, Chief Finance Officer d’Oxenham, fait ressortir que le contexte actuel ne fait que renforcer la pertinence et l’urgence d’avoir une industrie locale forte, une industrie qui reste au service de la population, surtout lorsque les frontières sont fermées et les chaînes d’approvisionnement perturbées. «En tant que producteurs locaux, nous ne pouvons qu’exprimer notre inquiétude face à un manque de visibilité et un contexte économique local difficile, notamment avec l’augmentation des coûts de production, entre autres. Nous sommes rassurés de voir que l’Association of Mauritian Manufacturers est partie prenante de la mise en œuvre de la stratégie industrielle adoptée par le gouvernement et des différentes mesures budgétaires favorables à la production locale obtenues dans le dernier Budget», dit-il.

Sylvan Oxenham précise que l’avenir de la production locale passe par un partenariat public-privé dynamique. Il souligne qu’il faut également consolider les nouvelles tendances de consommation et d’achat. Qu’il s’agisse du public procurement ou des pratiques d’achats des entreprises privées et des consommateurs, il faut une évolution en faveur du local. «Il y a certainement eu une prise de conscience, pendant le confinement et après, sur l’importance et la qualité des produits locaux. Le label Made in Moris est un outil très important pour valoriser le savoir-faire des industriels comme nous, mais aussi pour conscientiser les autorités et le secteur privé sur l’importance de maintenir une industrie locale résiliente.»

L’industrie locale pèse Rs 27 milliards par an, ce qui représente 8,5 % du PID.

Bruno Florens, Marketing Manager d’Inicia, ajoute qu’il est certain que nous avons été témoins de nombreuses améliorations au niveau de la consommation locale, ces dernières années. Toutefois, selon ses observations, il nous reste encore du chemin à parcourir. «Made in Moris et le gouvernement doivent absolument travailler ensemble pour mieux éduquer la population sur les avantages de consommer des produits fabriqués localement.» Par ailleurs, Bruno Florens fait ressortir que les producteurs d’œufs ont connu comme tout le monde de sérieux challenges, l’année dernière.

 

Faire circuler durablement les richesses

Un territoire capable de faire circuler durablement ses richesses sera plus prospère qu’un territoire dont le circuit économique local tourne à faible régime. C’est ce que l’on appelle l’effet multiplicateur local comme expliqué dans le rapport Lokal is Beautiful. L’effet multiplicateur local traduit la capacité d’un territoire à faire circuler durablement au sein de son économie un certain volume de richesses extérieures. L’analogie peut être faite avec un jeu de flipper (pinball). Pour obtenir le score le plus élevé, il faut faire en sorte que la bille métallique qui entre dans le jeu y reste le plus longtemps possible et circule efficacement dans la machine grâce des mécanismes d’impulsion qui la maintiennent et la dirigent (en évitant la sortie fatale), ce qui permet de gonfler le score, de gagner des extra-balls (ou crédits) et donc d’allonger le temps de jeu et le score final. L’effet multiplicateur local fonctionne exactement sur le même principe : les revenus extérieurs entrent dans le circuit économique local, circulent (notamment si l’économie le permet par sa diversité ou d’autres mécanismes d’impulsion comme le crédit bancaire), génèrent localement des revenus, donc d’autres cycles de dépenses potentiels à travers les dépenses des ménages, du secteur public et des investissements (les extra-balls).

 

Made in Moris

Made in Moris

Tags: