Type to search

Interview Rencontre

Zayd Soobedar (Mananging Director de Strategic Insight) – «Maurice peut accroître ses exportations aux Etats-Unis dès 2021»

Share
Zayd Soobedar MD Strategic Insight

Zayd Soobedar (Mananging Director de Strategic Insight) – «Maurice peut accroître ses exportations aux Etats-Unis dès 2021»

 

Les États-Unis ont récemment ajusté les taux de leurs obligations souveraines à la hausse dans l’attente d’un rebond de la croissance. D’abord, comment comprendre cette hausse de taux et quelles seront les implications ?

Les rendements du Trésor suivent aussi souvent les attentes quant à la vigueur de l’économie, qui sont à la hausse. Lorsque l’économie est saine, les investisseurs ressentent moins le besoin de posséder des bons du Trésor, considérés comme l’investissement le plus sûr possible. Une économie plus forte coïncide souvent avec une inflation plus élevée, bien qu’elle ait généralement tendance à la baisse depuis des décennies.

Le rendement sur 10 ans a terminé en javier 2021 à 1,11 % et s’est élevé à 1,74 % au 19 mars 2021. Il a clôturé l’année 2020 bien en dessous de 1,0 %.

Le problème n’est pas que le rendement sur 10 ans est à 1,74 %, mais qu’il est passé de 1 % à 1,74 % en seulement quelques semaines. L’augmentation du rendement des obligations finira par entraîner une baisse des prix des obligations.

La hausse des taux des obligations à long terme fait craindre aux investisseurs qu’elle ne soit tirée par l’inflation à l’avenir plutôt que par la reprise économique. L’inflation est peut-être le pire ennemi pour tout investisseur qui fait des placements dans les obligations. L’inflation signifie que les paiements futurs des obligations n’achèteront pas autant. Ainsi, lorsque les anticipations d’inflation augmentent, les obligations sont moins souhaitables. À mesure que leurs prix baissent, cela fait grimper leur rendement. La rapidité avec laquelle le rendement a grimpé a forcé les investisseurs à réexaminer la façon dont ils valorisent les actions, les obligations et tous les autres investissements. Et le résultat immédiat a été de les vendre à des prix inférieurs, en particulier les investissements les plus populaires de l’année dernière. Le souci ultime est que l’inflation va décoller à un moment donné, envoyant des taux encore plus élevés.

Les rendements du Trésor n’influencent pas seulement le montant que le gouvernement paie pour emprunter et le montant que gagnent les investisseurs en achetant des obligations d’État. Ils influencent également les taux d’intérêt que les particuliers et les entreprises paient pour emprunter de l’argent pour acheter des biens immobiliers, des véhicules et de l’équipement. Les effets sur les porte-feuilles individuels peuvent être vus le plus directement sur le marché du logement. Les taux hypothécaires américains, auparavant stables, ont déjà augmenté et le taux d’intérêt à 30 ans s’établit maintenant à 3,02 %.

Par ailleurs, la hausse des taux d’intérêt sur les obligations souveraines aux États-Unis pourrait être un signe d’amélioration des perspectives et reflétant plutôt un «assouplissement» du risque avec un renforcement de la confiance dans la trajectoire de l’économie (expansion économique) et donc une hausse des prix (hausse de l’inflation). Les rendements ont augmenté sur fond d’optimisme pour une reprise économique après une année misérable induite par le coronavirus, ainsi que les attentes d’une hausse de l’inflation. Les vaccins contre le coronavirus devraient dynamiser les économies cette année, car les gens se sentent à l’aise de retourner dans les magasins, les entreprises sont à nouveau ouvertes et les travailleurs retrouveront un emploi.

Après le choc de la crise de la Covid-19, un autre changement majeur dans l’équilibre macroéconomique est sur le point d’avoir lieu avec le plan de relance massif appelé American Rescue Plan Act. Adopté en mars, ce plan prévoit des dépenses de près de 1,9 billion de dollars (9,0 % du PIB) au cours des 10 prochaines années, dont plus d’un tiers seront directement injectés dans l’économie américaine en 2021, en plus de près de 4 000 milliards de dollars américains autorisés par le Congrès en 2020. L’American Rescue Plan Act a le potentiel de stimuler davantage la croissance et l’inflation.

 

Comment tout cela impactera-t-il la valeur du dollar qui s’est déjà apprécié face à l’euro ? Et surtout quel est l’impact indirect sur la valeur de la roupie ?

Le dollar s’est déjà apprécié par rapport à l’euro, ce qui influencera la roupie à se déprécier par rapport au dollar. À mesure que les rendements du Trésor augmentent, les taux d’intérêt sur les prêts à la consommation et aux entreprises avec des durées similaires augmentent également. Les investisseurs aiment la sécurité et les rendements fixes des obligations. Les bons du Trésor sont les plus sûrs puisqu’ils sont garantis par le gouvernement américain. D’autres obligations – comme les obligations des sociétés – sont plus risquées. Elles doivent avoir des rendements plus élevés afin d’attirer les investisseurs. Dans un souci de compétitivité, les taux d’intérêt sur les autres obligations et prêts augmentent à mesure que les rendements du Trésor augmentent. Lorsque les rendements grimpent sur le marché secondaire, le gouvernement doit payer un taux d’intérêt plus élevé pour attirer les acheteurs dans les ventes aux enchères futures. Au fil du temps, ces taux plus élevés tirent la demande d’obligations d’État et, par conséquent, la valeur du dollar américain.

La valeur roupie/dollar s’élevait à 39,86 au 28 février 2021, contre 37,70 au 28 février 2020. Nous nous attendons à ce que la roupie se déprécie davantage par rapport au dollar, car l’évolution du pays conduit les devises étrangères à gagner de la valeur. Les investisseurs croient généralement que les rendements augmenteront davantage en 2021, bien que certains pensent que la Réserve fédérale pourrait se déplacer pour plafonner une hausse des rendements qu’elle considère comme suffisamment extrême pour menacer la reprise économique. Certains analystes pensent que cela pourrait se produire si les rendements du Trésor à 10 ans augmentent bien au-dessus de 2 % sans amélioration économique substantielle.

La dépréciation du taux de change entraîne une augmentation des passifs libellés en devises. En cas d’accumulation de la dette en devises, la dépréciation de la monnaie pourrait avoir un effet négatif global sur l’économie. Maurice payant environ 67% de ses factures d’importations en USD, un dollar plus fort rend plus coûteux pour Maurice d’importer du pétrole et des denrées alimentaires. Avec un taux de change élevé, une dépréciation de la monnaie par rapport au dollar américain signifie qu’il y a une hausse significative du niveau des prix à l’importation en monnaie locale qui alimentent la hausse des prix à la consommation.

 

Dans quelle mesure cette dépréciation annoncée de la roupie pourrait-elle bénéficier aux entreprises qui exportent sur le marché américain ?

La dépréciation peut avoir un impact positif sur l’économie mauricienne grâce à une augmentation des exportations. Une dépréciation du taux de change rendra les exportations de biens plus compétitives. Ceux-ci sembleront moins chers du point de vue des consommateurs américains. En raison de la valeur plus élevée du dollar par rapport à la roupie, les biens et services seront plus abordables. D’où la hausse de la demande pour les exportations.

 

Comment les industriels mauriciens doivent-ils se repositionner sur le marché américain?

Plus d’un quart de la population avait reçu au moins une dose à fin mars. Compte tenu du déploiement rapide du vaccin de la Covid-19 aux États-Unis, l’un de nos partenaires, Coface (le troisième assureur crédit mondial) s’attend à un fort rebond de la consommation privée, qui poussera la croissance à 5,7 % en 2021, après une contraction de 3,5 % l’an dernier. Selon Coface, les États-Unis seront l’un des premiers pays à retrouver leur niveau d’activité d’avant la crise d’ici mi-2021. Le «boom» attendu de la consommation américaine alimentera la demande d’importations, jetant les bases d’un déficit commercial record. Le plan de relance pourrait entraîner un déficit supplémentaire de 56 milliards de dollars. Il s’agit donc d’une excellente occasion pour Maurice d’accroître sa part des exportations vers les États-Unis à partir de 2021. Les États-Unis ont représenté 10,7 % des exportations totales en 2019, soit un peu plus que 10,5 % il y a 5 ans.

Tags: